22/04/2013

Nouvelle campagne APF sur l’accessibilité : les lobbies confrontés à la réalité

"N’écoutez pas les lobbies !" : c’est le slogan de la nouvelle campagne APF sur l’accessibilité, lancée ce 22 avril. Avec une triple originalité : une diffusion axée sur le Web, des outils pour susciter la curiosité et l’idée de faire porter par d’autres ses revendications, en l’occurrence des commerçants, élus des collectivités locales, professionnels de santé, du bâtiment, de l’hôtellerie… A contrario du discours asséné par des groupes de pression, dans lesquels ils ne se reconnaissent pas, ils montrent que l’accessibilité peut être une réalité.

"Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage". Transposé dans le domaine de l’accessibilité de la Cité aux personnes handicapées, ce proverbe populaire pourrait ainsi se décliner : "Qui ne veut pas respecter la loi, avance cherté et impossibilité pour ne pas bouger ou faire repousser". La loi ? Celle de février 2005 selon laquelle le 1er janvier 2015, tous les établissements recevant du public (ERP) et moyens de transports devront êtres accessibles aux personnes en situation de handicap. Une nécessité pour permettre à tous les citoyens de ce pays d’accéder au bien commun, à égalité. Sauf que voilà : même si la loi a prévu dix ans pour le faire, l’horizon d’une France sans entraves environnementales s’éloigne chaque jour un peu plus.

Faux arguments, vraies preuves

« Trop cher », « trop compliqué », donc « impossible » à réaliser dans les délais avancent divers groupes de pression réputés hostiles à l’accessibilité (commerçants, professions du bâtiment, praticiens médicaux, hôteliers, élus des collectivités locales…). Ils soufflent aux oreilles du gouvernement la nécessité de vider la loi de son sens, en multipliant les dérogations possibles ou en repoussant son échéance. Et le gouvernement s’y emploie avec force rapports pour dire que la France ne sera pas au rendez-vous de 2015.

« Leurs arguments sont faux et c’est ce que démontre, preuves à l’appui, la nouvelle campagne sur l’accessibilité de l’APF », souligne Yann Beauson, directeur de la communication et du développement des ressources de l’association. Une campagne très différente des précédentes, à la fois dans son principe, sa conception et son mode de diffusion. Son slogan ? "N’écoutez pas les lobbies !" et une phrase récurrente reprise dans tous ses outils (affiches, vidéos, bannières internet…) : « On m’a dit que ce n’était pas possible, mais je l’ai fait ! »

 

AP_A4_DENTISTE.jpgSe cacher pour mieux se révélerAP_A4_BOULANGER.jpg

Qui parle ? Une dentiste, un boulanger (visuels ci-contre, cliquez dessus pour les agrandir !), une hôtelière, un maire et un architecte. L’APF, elle, n’apparaît jamais comme émettrice du message car l’idée est bien de faire porter par d’autres ses revendications. Des "porte-paroles" externes à l’association qui symbolisent divers lobbies. « Faire dire à des professionnels appartenant eux-mêmes à ces “lobbies”, dont ils ne partagent ni l’avis, ni les discours, que l’accessibilité est possible a d’autant plus de poids ! Cela montre que les revendications de l’association pour construire une société ouverte à tous sont largement partagées », insiste Yann Beauson.

De quoi parlent-ils ? Fondée sur du teasing, c’est-à-dire la volonté de susciter la curiosité du grand public, cette campagne à énigmes ne le dit pas tout de suite. Objectif ? Renvoyer sur un site internet dédié pour le découvrir. Et là, les acteurs des affiches et des vidéos deviennent soudain de vraies personnes. Mais la magie n’a rien à y voir.

La campagne de l’APF s’appuie, en effet, sur des exemples concrets, une trentaine de témoignages de professionnels issus de tous les secteurs d’activité. Ils expliquent comment et pourquoi ils ont rendu accessible leur institut de beauté, leur cabinet médical, leur musée, leur hôtel, leur gare, leur plage, leur réseau de transports… comme l’exige la loi. Ils indiquent aussi, chaque fois, le bénéfice obtenu : une fréquentation en hausse, un meilleur confort d’usage pour tous les publics, un lien social renforcé ou, encore, un investissement pour l’avenir dans une société où les personnes âgées dépendantes seront de plus en plus nombreuses. Autant d’exemples, recueillis par trois journalistes de la rédaction de Faire Face à travers toute la France, qui contredisent le discours ambiant et montrent une tout autre réalité.

Article paru sur le site de "faire face " du 22/04/2013

Texte Valérie Di Chiappari - Affiches Emmanuelle Brisson (photos) @udesign (graphisme) - Vidéo Guyome Simonnet - La Boîte à films

Visitez aussi sur le site de l'APF créé pour cette nouvelle campagne : http://www.necoutezpasleslobbies.org/




22:22 | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.