24/11/2014

Exigeons la liberté de circulation !

Accessibilité au cadre de vie :

Exigeons la liberté de circulation !

Après 40 ans d'attente (loi de 1975) et alors que la loi de 2005 « pour l'égalité des droits et des chances la participation et la citoyenneté des personnes handicapés » instaurait le principe de l'accessibilité universelle pour 2015, François Hollande et son gouvernement détricote la loi en reportant cette obligation aux calendes grecques...

Comme partout en France, aujourd'hui et demain, nous, associations et organisations de personnes à mobilité réduite, refusons l’Ordonnance sur l’accessibilité publiée le 27 septembre 2014 au Journal Officiel.

Cette Ordonnance constitue un grave recul au regard des ambitions initiales de la loi du 11 février 2005 et est contraire à la convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées.

Nous dénonçons les délais supplémentaires envisagés pour concrétiser l’accessibilité : 3, 6, 9 ans et plus. C’est inacceptable. Nous refusons la souplesse du dispositif des Agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP) qui incite au laissez-faire, la faiblesse des sanctions proposées, l’absence d’obligation du dépôt des Ad’AP pour les transports, la part trop belle donnée aux « difficultés financières » (alors que plusieurs dispositifs d’aides et de prêts existent) et l’ajout de nouveaux motifs de dérogation!

En résumé, un blanc-seing donné à ceux qui ne font RIEN!

La liberté d’aller et venir est un droit fondamental qui reste formel et n’est toujours pas concrétisé.

Des millions de citoyens concernés par les questions d’accessibilité et de conception universelle (personnes en situation de handicap temporaire ou permanente, personnes âgées, usagers des transports, familles, manutentionnaires,  …) ont été trahis au regard des engagements du président de la République et du gouvernement.

Nous dénonçons publiquement l’instrumentalisation des associations dans le cadre de la « soi-disant » concertation nationale engagée au dernier trimestre 2013 à l’initiative du gouvernement, durant laquelle, pourtant, nous n’avons cessé d’exprimer notre opposition aux propositions présentées et de refuser tout « compromis » contraire au principe de l’accessibilité universelle.

Après deux lois et plus de 40 ans d’immobilisme, ça suffit !

Nous n’attendrons pas 10 ans de plus !

Nous sommes en colère et nous l’exprimons publiquement !

Nous demandons à tous les citoyens, aux élus de la République, à toutes les organisations associatives, syndicales, professionnelles de se mobiliser pour une société accessible à tous. Notre combat est celui de tous pour une société du « vivre ensemble ».

NON à la ratification de l’Ordonnance en l’état : le gouvernement doit revoir sa copie.

OUI – avec tous ceux concernés - pour une société accessible à tous !

Nous occupons aujourd'hui le Centre des impôts de la Haute Garonne, du Gers et de l’Ariège. Les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite, comme tous les citoyens de ce pays, sont aussi des contribuables ! Qu'ils payent ou non l'impôt direct, ils sont soumis comme tout le monde à la TVA, impôt injuste qui rapporte le plus à l'état !

L’impôt doit permettre le fonctionnement des services indispensables à la vie de notre société, et l’adaptation de cette dernière à tous.

L’impôt garantit la solidarité et l’égalité des citoyens, quels qu’ils soient.

L’impôt doit être redistribué dans l’intérêt de tous, car il est essentiel à la cohésion sociale.

Dans la 5ème puissance économique mondiale, si le gouvernement ne trouve pas l'argent pour rendre la France accessible, il peut rapatrier les 80 milliards annuels des paradis fiscaux, faire payer les impôts sur les bénéfices aux plus grosses entreprises... QUESTIONS de CHOIX POLITIQUES !!!

 

Contact : Gérard Meurs / Délégation APF 65 – 06 06 44 02 24 51

http://www.necoutezpasleslobbies.org/

21:10 | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.