06/10/2017

Les élus mis dans la peau de personnes handicapées

201710061756-full.jpg

Article issu du journal "La Dépêche du Midi" du 06/10/2017

Quand on est valide, la semaine de l'Accessibilité, ça ne paraît pas une priorité… Pourtant, l'accessibilité pour les personnes handicapées (non-voyantes, en fauteuil…), c'est capital. Aussi, le Collectif Access, qui regroupe APF, Valentin-Haüy, AFM-Téléthon, a organisé une opération assez originale envers les élus et les responsables techniques de grandes villes du département : les mettre en situation de handicap. Ainsi, Christian Escobedo (adjoint à la circulation/stationnement) et plusieurs services municipaux (dont Joëlle Le Lay, chef de projet accessibilité) se sont prêtés à l'expérience. «L'idée, c'est de faire toucher du doigt la réalité du quotidien d'une personne handicapée, souligne Odile Le Galliotte, responsable de l'APF 65. Alors, nous allons faire un petit circuit dans la ville pour voir, ensemble, ce qui va et ce qui va moins bien. Et montrer que c'est difficile, malgré des aménagements conséquents, ici, à Tarbes. Les choses avancent…» Ce n'est peut-être pas l'avis des testeurs, qui ont d'abord écouté les trésors d'ingéniosité développés par Jacques Asfaux, de l'association Valentin-Haüy, afin de se repérer dans la ville, avant de parcourir le circuit, en fauteuil. Un circuit court, mais exténuant. «J'ai mal au bras, les contraintes sont élevées, avoue Pascal, employé au service paysages, espaces publics, pourtant en pleine forme. Et puis, le moindre dévers devient un obstacle, sans compter les grilles, où les roues peuvent se coincer. En prime, il y a la hauteur, on n'appréhende pas l'espace de la même manière. C'est impressionnant !» Même surprise pour Pierre, employé à la voirie : «Je suis, du coup, très concerné et pour moi, circuler en fauteuil, c'est physique, mais c'est surtout très stressant. Il faut faire attention à la moindre déclivité pour ne pas se laisser embarquer, et puis de circuler sur un trottoir avec les voitures et les bus qui passent au ras, sans avoir la possibilité de s'écarter d'un coup, c'est même flippant ! En tout cas, c'est une expérience enrichissante.»

Toujours utile, donc, même si, de l'avis des personnes en situation de handicap, à Tarbes, l'accessibilité est plutôt bonne, hormis dans quelques commerces. «Mais les choses évoluent, assure Odile Le Galliotte, sauf peut-être le regard des autres.» À méditer…

22:47 | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.