• Handidon 2017 : les résultats

    handidon-remise.pngLe tirage au sort national a eu lieu jeudi 20 décembre. Découvrez la liste des gagnants de cette édition.

    L'ensemble de l'APF remercie toutes les personnes qui ont participé à cette édition 2017 : Les bénévoles, adhérents et salariés qui se sont mobilisés pour faire de l'opération un succès et bien sûr toutes les personnes qui par leur don, contribuent à mettre en place des actions concrètes en faveur des personnes en situation de handicap et de leurs proches partout en France. 

    Il est temps désormais de découvrir la liste des gagnants des tirages au sort régionaux et du national en cliquant sur la photo.

  • Le Pyrénées Gascogne N°2

    pyrenees gascogne 7.jpg

    Vous trouverez ci-joint en téléchargement le journal du territoire 32/65 pour les mois de janvier, février et mars 2018, en cliquant ICI

    Au sommaire, notamment,l’Édito, Infos Nationales, Infos du territoire, etc...

    Vous trouverez aussi le COUPON RÉPONSE A RENVOYER  en cliquant : ICI

  • Journée bowling du 25 novembre 2017

    DSCN1781.JPG

    En cette journée du 25 novembre 2017, les 3 M ont organisé une journée bowling sous le signe de la détente. Un groupe de 26 personnes s’est retrouvé à Lannemezan pour partager ensemble une journée. Après s’être régalé autour d’un repas copieux, les participants se sont dirigés vers les pistes du bowling pour s’affronter dans la joie et la bonne humeur.

    Avant de partir et que chacun ne retourne chez soi, les animatrices de choc ont offert un goûter aux participants et ont promis de se retrouver pour de nouvelles aventures après les fêtes de fin d’années.

    A très bientôt et encore un grand merci à Gisèle, Solange et Stéphanie.

    Des photos de cette sortie dans l'album " Bowling 25/11/2017"

  • Communiqué de presse

    1.jpg

    2.jpg 3.jpg

    Paris, le 6 décembre 2017

     

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

     

    Travail adapté : l’APF, l’UNAPEI et l’APAJH se félicitent du report à 2019 de la réforme du financement et s’engageront dans la concertation

    L’APF, l’UNAPEI et la Fédération APAJH, représentant près de 200 entreprises adaptées en France, se félicitent de la décision de la Ministre Muriel Pénicaud de revenir sur la réforme des entreprises adaptées dans le cadre du projet de loi de finances.

    Une décision qui fait suite à la mobilisation du secteur lors des dernières semaines et qui permet au travail adapté d’envisager plus sereinement 2018 avec l’ouverture d’une concertation sur les perspectives de ce dispositif essentiel pour l’emploi des personnes en situation de handicap.

     L’APF, l’UNAPEI et la Fédération APAJH accueillent positivement la déclaration de la Ministre du Travail Muriel Pénicaud au Sénat dans le cadre du Projet de loi de finances 2018.

    La Ministre s’est dit prête à reporter la mise en place de la réforme des entreprises adaptées au 1er janvier 2019 et a confirmé l’engagement de porter le nombre d’aides au poste à 24 000 en 2018 (+ 1 000 par rapport à 2017) en conservant le mode actuel de financement de ces aides.

     Alors que les entreprises adaptées emploient 26 000 personnes en situation de handicap, les propositions initiales du projet de loi de finances les mettaient potentiellement en grave difficulté en prévoyant une augmentation du nombre d’aides au poste mais aussi une diminution de leurs financements à hauteur de 16 M €.

     Ce report fait suite aux négociations approfondies menées entre le secteur du travail adapté et l’Etat depuis l’annonce du Projet de loi de finances. Il ouvre la voie à une concertation plus sereine sur les perspectives des entreprises adaptées durant le premier semestre 2018.

    Cette concertation portera sur le devenir du modèle, notamment en termes de simplification et d’innovation pour l’emploi des personnes en situation de handicap.

     L’APF, L’UNAPEI et la Fédération APAJH s’engagent à participer activement à ces travaux au cours desquels elles porteront l’ambition d’apporter des réponses concrètes au chômage des personnes en situation de handicap.

    Le taux de chômage reste aujourd’hui deux fois supérieur à celui de la population générale et d’une durée supérieure de 200 jours.

     CONTACTS PRESSE :

    APF : Evelyne Weymann

    evelyne.weymann@apf.asso.fr - 01 40 78 56 59 - 06 89 74 97 37

    UNAPEI : Anne-Charlotte Chéron

    a-c.cheron@unapei.org - 01 44 85 50 83 - 06 37 36 21 48

    APAJH : Nolwenn Jamont

    n.jamont@apajh.asso.fr - 06 74 92 38 98

  • Chaque geste compte

    IMAGE POUR ARTICLE BLOG.jpg

  • L’APF dénonce la ponction de 100 millions d’euros sur le budget de la CNSA !

    cnsa.JPG

    Paris, le 23 novembre 2017

                                   COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    L’APF dénonce la ponction de 100 millions d’euros sur le budget de la CNSA !

    L’APF déplore la décision du gouvernement de financer par un prélèvement de 100 millions d’euros sur les réserves de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) l’aide aux conseils départementaux qui font face à des difficultés budgétaires pour régler les trois allocations de solidarité : le revenu de solidarité active (RSA), l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et la prestation de compensation du handicap (PCH).
    A cette ponction qui déstabilise les finances de la Caisse, il faut ajouter un autre prélèvement de 5 millions d’euros sur le budget consacré à la PCH par la CNSA pour combler la dotation de l’Etat en faveur des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).
    L’APF dénonce ces ponctions répétées et réalisées au détriment des personnes en situation de handicap et de leur famille qui font face à des difficultés quotidiennes pour financer leurs aides techniques et humaines et attendent encore pour certaines un accompagnement adapté par un établissement ou un service !
    Elle demande une solution d’urgence afin de stabiliser les finances de la CNSA et notamment de ses fonds propres.


    La CNSA est un intervenant majeur dans le financement des politiques concernant les personnes en situation de handicap d’une part ; et l’autonomie des personnes âgées, d’autre part.
    A ce titre, elle contribue auprès des conseils départementaux à l’APA pour les personnes âgées et à la PCH pour les personnes en situation de handicap et intervient dans le financement des établissements et services.
    Elle n’intervient, en aucun cas, dans le financement du RSA. Pourtant, avec cette ponction, la Caisse va venir combler des déficits liés au RSA qui n’ont rien à voir avec ses prérogatives !

    Alors que les dotations de la PCH sont clairement insuffisantes pour couvrir les besoins actuels des personnes en situation de handicap, elle vient non seulement d’être impactée par cette ponction vers le RSA mais elle vient également, dans le cadre du budget adopté par le Conseil de la CNSA le 21 novembre dernier, de faire l’objet d’une ponction de 5 millions d’euros pour venir combler la dotation que l’Etat devait au fonctionnement des MDPH.
    Les fonds propres en 2018 de la CNSA atteignent leur niveau le plus bas depuis la création de la caisse et cette ponction vient également mettre en péril une partie du futur financement des établissements et services médico-sociaux.

    L’APF dénonce ces ponctions réalisées au détriment des personnes en situation de handicap qui font face, au quotidien, à de réelles difficultés pour financer les aides humaines et techniques nécessaires à leur autonomie, pour leur permettre de vivre dignement et en toute sécurité et obtenir un accompagnement adapté à leurs besoins et aspirations.


    Ces situations récurrentes concernant la PCH, ainsi que la situation de l’APA, démontrent l’urgence de solutions de recettes nouvelles et innovantes pour répondre aux besoins de toutes les personnes en situation de handicap et des personnes âgées en situation de dépendance.


    CONTACT PRESSE :

    Evelyne Weymann
    evelyne.weymann@apf.asso.fr
    01 40 78 56 59 - 06 89 74 97 37

  • La ville continue à investir pour améliorer l'accessibilité

    2.jpg

    Des élus municipaux ont accepté, il y a peu, de parcourir le centre-ville en fauteuil roulant pour tester l'accessibilité./ Photo V. T.

     Article issu du journal "la Dépêche du Midi" du 17/11/2017

    Lors de la semaine de l'accessibilité, début octobre dernier, le collectif Access a invité les élus de la cité thermale à se glisser dans le fauteuil d'une personne en situation de handicap pour se rendre compte des difficultés de ces personnes lors de leurs déplacements au quotidien, mais aussi pour évaluer les progrès en matière d'accessibilité. Car des progrès, il y en a bien, comme en témoigne le rapport annuel de la commission communale pour l'accessibilité aux personnes handicapées, présenté lors du dernier conseil municipal. «Les travaux de mise en accessibilité aussi bien de la voirie que des bâtiments se sont poursuivis sur l'année 2016, malgré les contraintes budgétaires qui s'imposent à tous», peut-on lire en guise d'introduction de ce rapport. Ainsi, l'année 2016 a vu la concrétisation de l'AdAP (Agenda d'accessibilité programmée) avec des travaux réalisés à l'école Jules-Ferry (260.000€), aux toilettes publiques de la gare (25.000€) et dans les locaux des associations, rue Soutras (2.200€), mais aussi sur la voirie (place de la Gare, trottoirs au quartier Bragard et au parc Malye) pour 273.000€. Et les travaux continuent en 2017 où près de 120.000€ sont consacrés à l'accessibilité (stade Cazenave, conservatoire botanique, Villa «Campan», Calandreta, gymnases Cordier et de La Plaine, mairie annexe de Lesponne, tennis Salut, écoles Achard et de Lesponne). De même, l'aménagement des allées Tournefort, prévu en 2015 et reporté en raison du changement de réseau en amont de l'aménagement, est en cours de réalisation, tout comme l'aménagement des rues de la Fontaine, des Pyrénées et du 19-Mars ou encore de la place Jubinal. Entre 2001 et 2016, la ville aura ainsi engagé près de 4,5M€ pour divers travaux d'accessibilité.

    La Dépêche du Midi

  • L'insertion des travailleurs handicapés est possible

    1.jpg

    Patrick Vinualès a fait visiter l'établissement à Béatrice Lagarde et Myriel Porteous./ Photo A.-C. E.

    Article issu du journal "La Dépêche du Midi" du 17/11/2017

    Hier, Mme la préfète et Mme la sous-préfète sont venues à l'hôtel La Solitude pour visiter les aménagements faits pour les personnes handicapées, et écouter des témoignages sur leur insertion professionnelle.

    Dans le cadre de la semaine pour l'Emploi des personnes handicapées, le collectif 65 a organisé une visite de l'hôtel La Solitude. Mme la préfète Béatrice Lagarde et Mme la sous-préfète Myriel Porteous sont venues voir ces installations. L'hôtel a obtenu le label Tourisme et Handicap. «Nous devons garantir un confort pour qu'ils puissent vivre de façon tout à fait ordinaire», explique Patrick Vinualès, cogérant de l'hôtel.

    Des témoignages sur le travail des personnes handicapées ont été apportés. «Nous avons employé un jeune garçon qui avait des difficultés d'attention», ajoute Patrick Vinualès. Après l'avoir mis à un poste de serveur pour le petit déjeuner, l'entreprise lui a aménagé un poste administratif. «Il faut connaître toutes les restrictions pour proposer un poste adapté», explique Marie-José Carrère, de Cap Emploi. Mme C. — qui souhaite rester anonyme — a raconté son expérience. Elle s'est lancée dans une reconversion professionnelle après avoir travaillé dans la vente. Elle a fait toutes les démarches elle-même. Aujourd'hui, elle a trouvé un poste dans la comptabilité. «J'ai toujours signalé mes problèmes à la médecine du travail. Mais est-ce qu'ils ont fait le nécessaire ? J'ai été reconnue apte au travail sans restriction», s'interroge-t-elle. Un problème que la responsable des ressources humaines de l'hôtel a déjà noté. Le collectif 65 affirme que des outils existent pour aider ces personnes dans leur travail.

    Repères

    Le chiffre : 81

    établissements >Ont le label Tourisme et Handicap dans le département. Dont 14 sont à Lourdes. En Occitanie, ce sont 765 établissements qui l'ont.

  • Expo photos autour de l'accessibilité

    Satisfactions exprimées de collaborations et témoignages./ Photo J. P.
    Satisfactions exprimées de collaborations et témoignages./ Photo J. P.
    Article issu du journal "la Dépêche du Midi" du 10/11/2017

    Jusqu'au 4 décembre prochain, hall du 1er étage de l'hôtel de ville vicquois, une exposition photos qui, sous le titre «Vivre ma ville… déjouer les clichés», illustre une problématique, celle de l'accessibilité à divers lieux pour des personnes handicapées d'un point de vue moteur, psychique, sensoriel, et témoigne de la formidable aventure humaine de conduire un projet qui a vu la collaboration de plus de vingt personnes depuis la conception jusqu'à l'aboutissement, chacun participant au titre de modèle, acteur, opérateur photographe…

    Aventure démarrée sous l'égide de la commission communale d'accessibilité de la ville de Tarbes composée, notamment, de plusieurs associations représentant des personnes handicapées (initiative à rapprocher de celle du collectif Access 65 qui, dans le cadre de la semaine de l'Accessibilité, a organisé une action de sensibilisation en cinq communes dont Vic), voit la collaboration entre Tarbes et Vic, cette dernière étant la 2e à recevoir l'exposition après la capitale bigourdane.

    Du reste, Marie-Françoise Crancée, élue municipale déléguée au handicap et à l'accessibilité, représentant le maire de Tarbes, était présente au côté de Clément Menet, premier magistrat vicquois ; Sidonie Cardouat, adjointe déléguée aux affaires sociales ; Odile Le Galliotte, directrice territoriale de l'action associative de l'Association des paralysés de France, APF 32 et 65.

    Déambulation et joie de vivre. Des photos de sites publics choisis, balade dans Tarbes pour Nadine, Guy, Richard, Bérengère, Jacques, Hervé, etc., dans des situations souvent traitées avec humour, toujours interpellant les citoyens qui ne rencontrent aucun problème pour circuler au jardin Massey, visiter le haras… Des lieux emblématiques dont on peut imaginer les équivalents partout. Sourire et réfléchir pour les uns, sourire et témoigner pour les autres, et toujours donner la mesure de ce qu'il reste à faire dans la bonne humeur.

    Le maire de Vic en conviendra, «nous devons être réalistes et honnêtes, on part de loin», et rappelant le projet d'aménagement du cœur de ville, concluait sur ce qui était entrepris.

    à noter : une présentation en braille de l'exposition est disponible sur le site.